AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 new dawn, new day - ft wes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

Invité
MessageSujet: new dawn, new day - ft wes   Dim 19 Nov - 22:03


wesley & jordan

new dawn, new day


La nuit interminable. Ce genre de nuit que tu redoutes toujours. Le bruit est incessant. A l’heure du dîner, c’était seulement lointain. Comme l’écho d’un acouphène, gênant mais pas douloureux. Cela s’est aggravé au moment d’aller promener Lug, tant et si bien que c’est l’un de tes colocataires qui a dût s’en charger. Toi, tu t’es réfugiée dans ta chambre. Effort inutile, parce que les murs ne servent à rien. C’est comme un radar supersonique qui détecte le froissement d’un mouchoir à l’autre bout de l’immeuble. Ce qui n’était au départ qu’un murmure difficile à distinguer se mue en mélange de voix, masculines, féminines, enfantines, adultes. Entremêlées. Des chuchotements, des rires, des pleurs, des cris. Et avec ces voix, toutes les émotions qui y sont liées. Et ça t’épuise, Jordan, littéralement. Autant mentalement que physiquement. Ça en devient physique, à vrai dire. Ce qui se passe dans ta tête résonne dans tout ton corps. Tends tes muscles à l’extrême, contracte ton dos, fais trembler tes membres. Et la douleur, insurmontable. Comme si tes veines transportaient de la lave en fusion dans chaque partie de ton corps. T’essaies de t’accrocher, à n’importe quoi. A n’importe qui. A Lug qui s’est faufilé dans la pièce et dans lequel tu caches ton visage crispé. Il ne chouine même pas, il reste silencieux, alors que des larmes brûlantes s’échappent de tes paupières closes pour mourir dans son poil épais. Tu es tellement fatiguée, mais la douleur t’empêche de pouvoir dormir. Les heures semblent une éternité. Et c’est toujours ainsi, jusqu’à ce que tu sombres. L’évanouissement est toujours inévitable dans ce genre de crise, et c’est finalement plus une délivrance qu’une mauvaise chose.

Lorsque tes yeux s’ouvrent, il fait encore nuit. Sur la moquette cobalt de ta chambre, Lug se redresse immédiatement en te fixant de ses yeux vairons. Ta voix est raque lorsque tu l’appelles, mais il ne se leurre pas sur ton sourire : tu as l’air épuisée mais au moins, la crise est passée. « On sort », que tu réussis à articuler avec peine et le husky met à remuer la queue frénétiquement, venant gratifier ton visage d’une léchouille. Cela te tire un éclat de rire bref avant que tu ne te lèves finalement en prenant appui sur le lit, chancelante. Dans ce genre de moment, t’as toujours besoin d’air frais. De te perdre dans la ville nocturne, d’oublier. Avec des gestes automatiques, tu délaisses ton pyjama pour enfiler un jogging bien trop grand pour toi, resserré d’une ceinture piqué à un de tes colocataires, ainsi qu’un pull lui aussi réquisitionné à l’un d’eux. Vêtements larges, chauds, et confortables qui cachent ta silhouette, parfait. Des bonnes baskets, une casquette pour tenter de cacher tes cheveux en piteux état et te voilà partie, Lug trottinant fièrement à côté de toi. Lui au moins, il n’envahis pas ton crâne.

De fil en aiguille, les rues vous mènent au centre ville. La laisse de Lug traine dans ta main mais si lâche qu’elle traîne au sol : elle n’est pas là pour faire obéir ton compagnon qui t’obéit au doigt et à l’oeil, mais plus pour sa sécurité. Les chauffards ne sont pas rares à griller des feux rouges et tu préfères te tenir prête à tirer le chien vers toi en cas de danger. Vous croisez des gens qui sortent de boîte de nuit, bien alcoolisés, et tu te demandes comment ils peuvent s’amuser dans des endroits comme ça. Sans parler de la qualité médiocre de la musique.

Sans même t’en rendre compte, tes pas te mènent devant une supérette de nuit dont les néons éclairent le trottoir. Tu tends brièvement le cou, Lug s’arrêtant en même temps que toi, et tu ne tardes pas à apercevoir le visage de Wesley à une des caisses. Un coup d’oeil à ton téléphone et tu te dis qu’il ne doit pas être loin d’avoir terminé sa nuit de boulot alors tu t’assieds sur le banc le plus proche. Lug furète un instant aux alentours avant de se jucher sur le banc et de s’y allonger, posant sa tête sur tes jambes croisées en tailleurs. Pensivement, tu caresses le haut de son crâne. Wesley, c’était l’une des rencontres improbables de ta vie et même si cela avait plutôt mal commencé, votre relation s’était changé en une sorte d’amitié improbable mais agréable. Enfin, c’était en tout cas ce que tu pensais, alors en passant devant son lieu de travail comme une âme errante, tu trouvais normal de l’attendre à la sortie et pourquoi pas du lui proposer un petit déjeuner. Ou un truc dans le genre.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
 

new dawn, new day - ft wes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» le fameux dawn???
» Décrassage au dawn avec les laveuses frontales ou HE
» Ship of Shame : MFV Atlantic Dawn
» LIQUIDE A VAISSELLE DAWN:
» Base matifiante
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
the almost people :: boston, massachusetts - the hub of the universe :: downtown-
Sauter vers: