AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 an unexpected night (asrian)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anonymous
Invité

Invité
MessageSujet: an unexpected night (asrian)   an unexpected night (asrian) EmptyJeu 16 Nov - 22:45



► one month ago
an unexpected night
asrian
Tes doigts filent à toute allure sur le clavier de l’ordinateur, ongles courts mais claquant sur les touches que tu martèles presque, comme toujours lorsque tu es concentrée sur un écrit. En l’occurrence, ton rapport du mois passé à la morgue, évaluations, remarques, questions, tout ce qui pourrait permettre à ton patron de t’aiguiller sur les sujets qui sont encore à perfectionner. Au stade où tu en es, il n’en reste guère, mais tu es tellement exigeante envers toi-même professionnellement parlant, que la moindre minuscule lacune est inacceptable. Et pourtant, malgré la concentration, quelque chose dérange ton esprit. Et ce ne sont pas les pensées bruyantes de tes quatre colocataires, et amis, pour une fois. Non, ton regard avelin ne cesse de faire des arrêts sur l’écran de ton smartphone, comme si tu attendais quelque chose. Comme si tu hésitais.

Subitement, tu délaisses ton ordinateur, non sans avoir précieusement sauvegardé ton travail, et prends la direction de la salle de bain féminine de l’appartement. Sourcils froncés, la pulpe de tes doigts vient pincer l’arrête de ton nez. Au bout du couloir, tu perçois la silhouette d’un des garçons qui s’apprête à te lancer une vanne, comme il s’agit de votre mode de communication. « Pas maintenant, » que tu lances simplement, Jordan, avec un sourire à la fois prévenant et menaçant. Il rigole, hochant la tête d’un air conciliant, et te fais ce petit coeur avec son index et son pouce. Coeur que tu fais mine d’attraper et de ranger dans la poche de ton pyjama. Dans ton autre main, ton téléphone, que tu fixes à nouveau en pénétrant dans la salle d’eau pour finalement le poser sur l’étagère des cosmétiques. Une bonne douche chaude est toujours un bon moyen de remettre ses idées au clair, de faire le point, tout en profitant d’un moment de détente.

Alors que l’eau brûlante glisse sur ta peau, et que tes cheveux sont pleins de mousse épaisse à l’odeur de vanille, tu entends ton téléphone sonner. Prise d’un sursaut de précipitation, tu t’extirpes de la cabine sans prendre le temps de couper l’eau et fonce vers le smartphone. Non sans te prendre les pieds dans ton pyjama, bordéliquement laissé en plan sur le sol. De justesse, ta main attrape le téléphone, le mouillant généreusement au passage, et te voilà, Jordan. Nue comme un ver sur le sol de la salle de bain, de la mousse dans les yeux, et gueulant dans le micro : « ALLÔ ? » Un tableau des plus gracieux.

Quelques heures plus tard, te voilà marchant d’un pas vif dans les rues de Boston, et repenser à l’épisode de la salle de bain te tire un sourire amusé. Le plus drôle, ça a été la tête étonné de ton colocataire quand il a déboulé dans la pièce suite au boucan que tu faisais. Mais tu ne pouvais décemment pas louper cet appel. Parce que c’était le genre d’appel qui peut changer une vie, la tienne en l’occurrence. Un arrêt dans un Starbucks pour emporter un thé glacé au citron vert, et te voilà repartie vers ce rendez-vous qui semble vraiment prometteur. Plutôt une réunion qu’un rendez-vous, à vrai dire. Tu en as entendu parler par le bouche à oreille, de ces transmutants qui se réunissent pour parler entre eux, échanger sur leurs problèmes, trouver des solutions pacifistes aux problèmes du monde. Et surtout, apprendre à maîtriser leurs pouvoirs. Non pas dans un but offensive, ni même défensif réellement, mais pour savoir. Pour être en paix avec soi-même. Pour arrêter de se renier au fond d’un placard sombre. L’hésitation avait été longue mais finalement, ton ami te disant qu’il y avait une réunion le soir-même et qu’une place était bien sûr disponible pour toi, il n’était plus question de reculer. Après tout, c’est peut-être l’occasion de vivre normalement sans pour autant se faire vacciner et risquer la ribambelle d’effets secondaires peu joyeux, voir carrément flippants.

C’est une petite salle des fêtes, de réunion, bref, un local à la location ponctuelle des citoyens, quelque peu à l’écart du centre-ville. Évidemment, ce n’est pas le genre d’événement qu’on cri sur les toits, alors la couverture c’est un club de lecture. Dans ton sac en bandoulière, le livre dont ton ami t’a donné le titre plus tôt dans la journée et que par chance, tu avais à disposition dans la bibliothèque commune de la colocation.  Ainsi que ton carnet de croquis qui ne te quitte jamais, griffonné tant de portraits, d’animaux marins, et de notes d’autopsie.

L’accueil de l’organisateur est des plus chaleureux et tu pénètres dans la pièce au moment où le soleil entame sa descente vers l’horizon, un peu impressionnée et tout aussi excitée. Tant bien que mal, tu éloignes les esprits des personnes présentes tout en les saluant, pour finalement prendre place sur une chaise libre. Disposées en un grand cercle, cela te fais un peu penser à une réunion des alcooliques anonymes. Finalement, on en est pas loin : dans les deux cas, les protagonistes sont des victimes, des parias rejetés par une société qui ne leur convient pas. Machinalement, tu sirotes la fin de ton thé tout en observant les gens autour de toi, répondant de ton éternel sourire à ceux qui entrent au fur et à mesure, attendant que tu le monde arrive.
CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne
Revenir en haut Aller en bas
Asriel Hargreaves

member + join the evolution.
Messages : 162
Inscrit(e) le : 05/11/2017
Points : 639
Avatar : David Tennant
âge du perso : Ca fait quelques années qu'il préfère ne plus compter, mais le chiffre s'élève à 116. Il a 116 ans et en paraît encore la quarantaine.
Emploi : Propriétaire et gérant d'un petit hôtel sur Mission Hill, l'Ivy Hotel.
MessageSujet: Re: an unexpected night (asrian)   an unexpected night (asrian) EmptyDim 19 Nov - 15:32

An unexpected night
Jordan & Asriel

Asriel attrapa le livre qui traînait sur sa table de chevet depuis des semaines et le fourra dans sa poche, avant de descendre donner les dernières instructions à la réceptionniste. Elle accueilli ses conseils avec un sourire indulgent avant de le congédier d’un geste un peu impatient. Ce petit rituel commençait à devenir une coutume entre eux, d’ailleurs Asriel avait compris depuis longtemps que c’était parfaitement inutile de vouloir conseiller son employée quand il s’absentait. Elle était très compétente et n’avait pas besoin de ça, c’était un fait. D’ailleurs ce n’était pas pour le nombre de clients qu’ils avaient en ce moment, la période étant plutôt calme. Mais il continuait. Il avait une longue, très longue habitude de tout gérer lui-même et d’être le seul capitaine à bord, et s’il déléguait ses responsabilités, il le faisait toujours avec quantité de détails. Pas question de laisser qui que ce soit sans instruction en son absence, il fallait pallier à toutes les éventualités … Même pour un petit hôtel extrêmement calme de banlieue, même pour s’absenter juste quelques heures. « Allez-y, vous allez être en retard ! » Asriel hocha la tête et quitta le hall de l’hôtel, non sans avoir jeté un coup d’œil dans la salle du restaurant – provoquant ainsi un soupir amusé de sa réceptionniste. Quoi qu’elle puisse en penser, il ne serait pas tout à fait tranquille s’il ne vérifiait pas que tout était en ordre avant de partir. Mais maintenant que c’était fait, il quitta l’hôtel d’un pas léger pour rejoindre la salle où se tenait la réunion de ce soir.

Réunion, un mot comme un autre pour désigner ce qu’ils faisaient réellement pendant ces soirées où Asriel et d’autres personnes comme lui se réunissaient. Club de lecture officiellement, ils n’avaient jamais ouverts de livre, ni même discuté de leurs lectures, sauf quand il s’agissait de commenter un article paru sur les mutants. Mais la couverture était nécessaire, ils ne pouvaient pas se permettre de crier à tord et à travers la véritable raison de leur assemblée. Ils étaient tous mutants, et ils se réunissaient pour s’entraider. Trouver des solutions à des problèmes de harcèlement, écrire des courriers aux autorités, ou tout simplement s’entraîner au contrôle de leurs habilités, ils n’étaient là que pour faciliter leur intégration dans la société – et maintenir leur sécurité. Le gouvernement avait beau faire de grands discours sur l’égalité des mutants et des humains normaux, il n’en restait pas moins que les mutants étaient en danger. Constamment. Asriel l’avait trop souvent constaté de ses propres yeux pour l’ignorer encore. Il n’y avait que les humains pour se rengorger de leurs mesures de protection. Les vrais concernés savaient que ce n’était qu’un écran de fumée, et que les hunters n’en tenaient aucun compte. Asriel avait entendu parler d’autres groupes, moins pacifiques, mais il ne tenait pas à en faire partie. Il voulait aider son prochain, surtout pour tenter d’oublier qu’il avait laissé massacrer des mutants pendant plusieurs années sans réagir, mais il ne tenait pas à prendre les armes. Il en avait soupé, de l’illégalité et des actes de violence. Ce qu’ils faisaient ce soir, et tous les autres soirs où ils se réunissaient, ça n’avait rien d’illégal, et ça lui allait très bien.

Il entra dans la salle, saluant les personnes qu’il connaissait déjà. Ils étaient un cercle assez fermé, et les nouveaux membres étaient rares. De manière générale, c’était toujours les mêmes visages qu’il revoyait, et il commençait à assez bien les connaître. Cela faisait seulement trois mois qu’il venait, et il n’avait vu presque aucune de ces personnes en dehors de leurs réunions, mais il aimait leur contact. Il serra la main d’un homme qui se frotta ensuite les paumes d’un geste nerveux. Il avait des problèmes avec sa pyrokinésie, et il n’aimait pas les contacts – mais c’était exactement la raison pour laquelle Asriel tenait à le saluer ainsi. Il ne fallait pas commencer à montrer qu’ils avaient peur les uns des autres, ou ils étaient fichus … Même si c’était plus facile pour lui, qui ne pouvait faire aucun mal avec sa mutation, et qui souffrirait moins longtemps d’un potentiel accident. Il se tourna ensuite pour discuter avec une femme âgée, qui venait surtout pour prodiguer ses conseils, mais son regard fut attiré par un nouveau visage. Une jeune fille s’était assise sur une chaise et scrutait l’assemblée sans parler à personne. Asriel était certain qu’elle n’était jamais venue auparavant, mais quelque chose en elle lui semblait familier, sans qu’il ne puisse dire quoi. Il fronça les sourcils en la dévisageant, dérangé par cette sensation. Il avait croisé beaucoup de gens dans sa vie, et ne pouvait pas se rappeler de tout le monde, forcément … Mais elle était trop jeune pour qu’il la connaisse. Et pourtant, elle avait quelque chose … Elle tourna la tête, leurs regards se croisèrent et il se renfrogna davantage quand la sensation s’accentua, sans se préciser pour autant. C’était désagréable. Il soupira, se rendit compte que les gens commençaient à s’asseoir, et décida de prendre une chaise à côté de la nouvelle venue. « Bonsoir. » Il lui tendit la main, tout en continuant de la scruter – avec un peu moins d’agressivité. « C’est la première fois que vous venez ici ? » Sa question attira l’attention de son autre voisine, qui se pencha vers la nouvelle venue et qui lui tendit aussitôt la main. « Oh, une nouvelle, fantastique ! Bienvenue dans notre petit cercle ! Je m’appelle Katherine, mais vous pouvez m’appeler Kate. Vous vous êtes présentée à Alfie ? » Elle avait désigné l’organisateur de la soirée, le fameux Alfie, puis avait continué son caquetage enthousiaste. « Vous nous direz ce que vous faites, n’est-ce pas ? Laissez-moi deviner, vous êtes une élémentaire ? J’adore les élémentaires ! Moi, c’est l’eau, j’adore l’eau, ça tombe bien non ? Et vous, qu’est-ce que c’est ? » Ainsi lancée, elle pouvait continuer pendant des heures. Asriel soupira. « Katherine, laissez-la respirer. Elle vient juste d’arriver, elle n’a peut-être pas envie de s’exposer aussi vite. » Katherine leva les yeux au ciel, mais elle ne put rien répliquer : Alfie venait de prendre la parole, coupant miraculeusement le caquet de la bavarde. Asriel l’écouta d’une oreille, tout en songeant à la jeune femme à côté de lui. Cette sensation de familiarité le taraudait. Finalement, il se retourna vers elle et lui demanda à voix basse : « Vous êtes de New York ? J'ai l'impression de vous avoir déjà croisée. »

Made by Neon Demon


Dernière édition par Asriel Hargreaves le Dim 19 Nov - 17:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité

Invité
MessageSujet: Re: an unexpected night (asrian)   an unexpected night (asrian) EmptyDim 19 Nov - 17:28



► one month ago
an unexpected night
asrian
Et t’es là, Jordan, petit poisson immobile au milieu d’un océan agité. Mais l’image n’est pas péjorative : toi qui apprécie le calme, l’énergie qui retentit doucement dans la pièce fait doucement palpiter ton coeur. En l’espace de quelques secondes, tu as déjà l’impression que quelque chose de grand est en train d’arriver, que quelque chose de beau se prépare. Ici, la plupart des gens se connaissent, comme il est facile de le constater d’un coup d’oeil. Et toi, à l’entière opposée, tu ne connais personne et quelque part, ça t’intimide un peu. Toi, Jordan, timide, c’est bien une première mondiale. Alors tu mordilles sagement la paille de ton gobelet, croisant une jambe sur l’autre.

Puis se fait sentir l’impression d’un regard insistant et au moment où tu tournes la tête dans cette direction, tes prunelles croisent celle d’un homme venant juste d’entrer. Etrangement, il avait l’air… Curieux ? Dérangé ? Difficile à dire, de voir un visage inconnu à cette assemblée. Et l’espace d’un instant, tu te dis que ta présence n’était peut-être pas désirée dans cette communauté qui semblait relativement soudée. Il ne devait pas y avoir de nouvelles têtes tous les jours et pourtant, ton ami t’avait affirmé qu’il n’y avait pas de soucis. Soudainement, tu es presque mal à l’aise, et cela se traduit par ton pied qui se balance dans le vide nerveusement. Well, espérons qu’il ne s’assied pas à côté de… Ah, loupé. Car l’homme ne se fait pas prier pour occuper la chaise vide à côté de toi. Et puisque tu n’es pas du genre à baisser les yeux, impudente Jordan, tu plantes tes yeux avelins dans les siens, quasiment identiques. Tu pourrais lever un sourcil curieux voir amusé, mais ce serait peut-être trop, après tout, il a seulement peut-être été surpris. Et en effet, il fini par prendre la parole de manière polie en te tendant la main, mais sans se présenter pour autant.

A peine as-tu le temps de tendre la main à ton tour pour serrer celle de ton interlocuteur que ta voisine opposée s’incruste dans le dialogue et… parle. Parle. Parle sans pouvoir s’arrêter, semble-t-il. Devant un tel flot de mots, les yeux un peu écarquillés, ta bouche s’arrondit progressivement jusqu’à ce que tu étouffes un rire amusé alors que ton voisin fini par calmer la femme, Katherine. Tu accordes un signe de tête reconnaissant à ton voisin dont tu ignores toujours le prénom mais n’a guère le temps de dire quoi que ce soit d’autre -idem pour Katherine, Dieu merci- car l’organisateur prend la parole. Tu n’as même pas remarqué que tout le monde était arrivé. Doucement, tu poses ton gobelet vide à tes pieds, à côté de ton sac, écoutant attentivement Alfie. Pourtant, ton attention est de nouveau accaparée par ton voisin qui cette fois, te demandes d’où tu viens. Avant même de te demander ton prénom, ou d’introduire le sien. Et puisqu’il n’a pas l’air de ces gens malpolis, tu en déduis que tu piques sa curiosité à vif.

Curiosité que tu vas pouvoir satisfaire dès maintenant car Alfie annonce l’arrivée d’un nouveau membre en te désignant, t’encourageant à te présenter avec un sourire. Tu ne sais pas trop si tu dois te lever pour parler ou… ? Qu’importe, tu essaies de ne pas paraître trop nerveuse et adresses un sourire à l’assemblée, tes mains venant se poser sur tes genoux. « Euh… Bonsoir à tous. Je m’appelle Jordan, je viens d’avoir vingt-quatre. Je vis ici depuis… Six ans maintenant, mais je suis originaire de Londres, évidemment. » Ce dernier mot, ajouté à ton fort accent britannique et ton sourire amusé, fait rire quelques personnes dans la pièce. « Dans la vie je suis en passe d’obtenir mon diplôme en médecine légale. » Est-ce que tu es censé en dire plus, maintenant ? Enfin, de dire ce que tout le monde a l’air de se demander : quelle est ta capacité ? Katherine a déjà exprimé sa curiosité insatiable mais tu peux aussi la lire dans le regard des autres ici présent. Finalement, tu te racles la gorge : « Je suis télépathe depuis mes neuf ans, » que tu lances d’une voix un peu moins assurée, incertaine de la réaction des autres, avant de te souvenir et de te rassurer. Tu es ici avec les tiens, des gens comme toi. « Voilà... » lâches-tu en haussant brièvement les épaules comme pour montrer que tu ne sais pas vraiment quoi dire de plus. Alfie te remercie et à nouveau, te souhaite la bienvenue en choeur avec d’autres membres. Encore une fois, un sourire s’étale sur ton visage et c’est comme si soudainement, ton coeur était plus léger. Comme si déjà, un poids avait quitté tes épaules. Cette sensation agrandit ton sourire alors qu’Alfie reprend la parole et que tu te tournes vers ton voisin. « C’était une tentative de drague ? » demandes-tu avec un air amusé en faisant référence à sa phrase d’approche. Mais tu ris doucement en montrant bien qu’il ne s’agit que d’une blague et fini par répondre à sa dernière question : « Je ne crois pas avoir jamais mis les pieds à New York non… Mhm, est-ce que vous êtes déjà allé à Londres ? » renvoies-tu avec une certaine curiosité dans la voix. « Ou peut-être, au centre médical ici ? Je ne suis pas toujours enfermée à la morgue. » Ouais, ton sens de l’humour n’est pas toujours conventionnel, tu l’admets volontiers, mais il paraît que ça te donne du charme. « Je ne connais même pas votre prénom ! » que tu souffles finalement d’un air faussement outré.
CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne
[
Revenir en haut Aller en bas
Asriel Hargreaves

member + join the evolution.
Messages : 162
Inscrit(e) le : 05/11/2017
Points : 639
Avatar : David Tennant
âge du perso : Ca fait quelques années qu'il préfère ne plus compter, mais le chiffre s'élève à 116. Il a 116 ans et en paraît encore la quarantaine.
Emploi : Propriétaire et gérant d'un petit hôtel sur Mission Hill, l'Ivy Hotel.
MessageSujet: Re: an unexpected night (asrian)   an unexpected night (asrian) EmptyLun 20 Nov - 21:42

An unexpected night
Jordan & Asriel

Asriel avait vécu bien assez longtemps pour être familier de cette sensation de déjà-vu, mais il n’arrivait toujours pas à s’y faire. Il oubliait les visages qu’il ne faisait que croiser, mais il n’aimait pas les oublier aussi vite. Il en déduisait que cette jeune femme, il ne la connaissait pas, sans quoi il se souviendrait mieux d’elle. Peut-être connaissait-il une personne de sa famille, tout simplement. Ce n’était pas important. Il était à peu près certain que plus personne de New York ne voulait sa peau, il avait très bien monnayé sa sortie et n’avait plus rien à offrir à tous ceux qui l’avaient abordé. Il était à la retraite maintenant, il était tranquille. Ou presque. Mais cette jeune fille n’était sûrement pas membre d’un des clans qui auraient hypothétiquement pu le rechercher. Elle n’avait donc aucun intérêt, et il n’avait plus à se soucier d’elle. Il lui avait demandé d’où elle venait, mais finalement, il s’en fichait. Elle n’avait d’ailleurs pas eu le temps de répondre, coupée par Alfie qui la fit se lever pour qu’elle se présente. C’était habituel, tous les nouveaux membres y passaient. Alfie avait un pouvoir permettant de détecter les mensonges, et repérait ainsi les potentiels resquilleurs – ou pire, les hunters déguisés. Et puis, cette présentation facilitait les choses pour la suite. En sachant ce que chaque membre faisait, ils étaient mieux à même de l’aider.

Asriel avait croisé les bras et ne regardait plus la jeune fille, mais il darda sur elle son regard quand elle prit la parole. Cet accent ! Il s’était trompé sur toute la ligne en pensant qu’elle venait de New York, car elle venait tout droit d’Angleterre. De Londres, même. Cet accent ramenait tellement de souvenirs à la surface ! Elle parlait exactement comme … Comme qui ? Il n’arrivait pas à mettre le doigt dessus, mais la façon dont elle parlait lui rappelait quelqu’un. Ce n’était pas juste son accent, c’était un tout. Il détourna les yeux et fixa le sol, se concentrant sur sa voix pour essayer de mettre un nom sur le souvenir diffus. Impossible. Il ne parvenait à rien, et c’était de plus en plus frustrant. Il avait la sensation de devoir se souvenir de quelque chose … C’était frustrant, et il décida, une nouvelle fois, que ça n’avait pas d’importance. Il fallait qu’il cesse de se creuser la tête, elle lui rappelait sans doute juste une fille croisée en Angleterre il y a cent ans, c’était tout. Il croisa à nouveau les bras, mais fronça les sourcils en l’entendant dévoiler sa mutation. Il n’aimait pas les télépathes. On ne pouvait jamais être sûr de rien, avec eux. Et télépathe depuis ses neuf ans, elle devait avoir acquis une certaine habileté là-dedans … Il espérait qu’elle avait un peu de retenue et qu’elle ne se baladerait pas dans les pensées des gens autour d’elle, ce soir. Il la regarda revenir s’asseoir puis reporta ses yeux sur Alfie, mais elle se pencha vers lui et lui adressa la parole. Il lui jeta un regard froid, insensible à sa petite plaisanterie. Une tentative de drague ? L’avait-elle bien regardé ? « Non, simple curiosité. » Il n’avait pas envie d’engager la conversation avec elle, maintenant qu’il avait eu ses réponses, mais ce fut elle qui continua, et il commença à regretter de s’être assis à côté d’elle. Bien sûr, il y avait toujours ce petit quelque chose qui le titillait à chaque mot qu’elle prononçait, mais il ne voulait pas y attacher trop d’importance. Il avait connu trop de monde, ce genre de réminiscence du passé était normal. « Non, jamais mis les pieds à Londres, j’ai du faire erreur. » Il avait menti par réflexe, sans vraie raison. Mais il avait effacé son passé anglais, et préférait rester purement américain, c’était plus simple. « Non plus, je suis arrivé récemment à Boston et je ne me suis jamais rendu à l’hôpital. Mais laissez tomber, je dois vous confondre avec quelqu’un d’autre. » Il fit un geste évasif de la main, signifiant bien que ça n’avait plus aucune importance. Les autres membres du groupe étaient maintenant en train de discuter les uns avec les autres eux aussi, et Asriel semblait coincé avec sa jeune voisine. Elle voulait son prénom, maintenant ? Ca au moins, il ne voyait pas d’inconvénient à le lui donner. « Je m’appelle … »

Il ne termina pas, coupé par un bruit fracassant derrière lui. Alors qu’il se retournait et qu’il voyait un homme, puis un autre entrer dans la pièce, il porta la main à son côté sans réfléchir ni prendre le temps d’analyser la situation, mais ses doigts ne rencontrèrent que le vide. Ca faisait longtemps qu’il ne portait plus de revolver sur lui, et ce fut la première fois qu’il le regretta aussi violemment. Il avait vu la détermination sur le visage des intrus avant même de voir leurs armes, et il avait compris. Le piège. Ces premiers instants semblèrent s’étirer à l’infini, puis le temps repris son cours, brutalement. Il y eut des hurlements, et les premiers coups de feu. Asriel saisit la jeune fille à côté de lui et la plaqua au sol, puis l’entraîna vers le fond de la salle, courbé en deux. Près d’eux, un jet de flammes s’éleva vers les hunters avec un rugissement, et Asriel sentit la chaleur mordante sur son visage. Il tira Jordan sans ménagement vers la table où les gens avaient déposé quelques petits gâteaux et d’autres friandises avant le début de leur réunion, et il la renversa pour en faire un rempart contre les projectiles. Il y poussa Jordan, lui faisant signe de s’accroupir derrière. « Restez là ! » Ordonna-t-il à la jeune fille. Il fallait qu’il trouve un moyen de sortir d’ici, rapidement. Il balaya la salle du regard, notant le nombre de hunters ainsi que le chaos qui régnait tout autour. Il y avait très peu de mutants aux pouvoirs vraiment offensifs, ils essayaient surtout de s’échapper … Il n’y avait que le pyrokinésiste qui pouvait vraiment se battre, mais Asriel vit avec consternation que ce dernier avait été maîtrisé – voire tué. Il gisait face contre terre. L’adrénaline et la colère se mêlant dans ses veines, Asriel attrapa une bouteille et la fracassa sur le crâne d’un hunter qui s’apprêtait à tirer sur une femme recroquevillée par terre. L’homme tomba, mais un autre surgit devant lui.

Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: an unexpected night (asrian)   an unexpected night (asrian) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

an unexpected night (asrian)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
the almost people :: far far away :: once upon a time-
Sauter vers: