AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Teenage Anarchist - Jonah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
avatar

member + join the evolution.
Messages : 103
Inscrit(e) le : 02/11/2017
Points : 991
Avatar : Alex Høgh Andersen
âge du perso : 23 ans
Emploi : Ça change tout le temps, trop souvent, tu enchaînes les petits boulots légaux, comme illégaux que tu ne gardes jamais plus d'un mois
MessageSujet: Teenage Anarchist - Jonah   Ven 3 Nov - 1:24

Jonah White
------------------------------------------------
It's me against this world and I don't care
People are powerful beings.
------------------------------------------------
[nom] White, le nom de ton père qui te fait lever les yeux au ciel chaque fois que tu l'entends, exaspérant, le nom de famille qui te colle à la peau et te suit partout, peu importe à quelle distance tu fuis qui se rappelle à toi [prénom] Jonah, pas d'autre prénom, rien à signaler, rien à déclarer, pas d'histoire spécifique, il fallait juste te nommer  [âge] 23 ans même s'il parait que tu parais plus jeune, du moins c'est ce que tu en déduis puisqu'on te demande systématiquement ta carte d'identité dans les bars le soir [date de naissance] 24 décembre 1993, la nuit de Noël, à croire que tu voulais déjà te faire remarquer ou bien ajouter une raison de plus de te faire détester [lieu de naissance] New-York [nationalité et origines] Américain de nationalité, allemand d'origine par ta mère il parait [emploi] Tu te débrouilles pour trouver des petits boulots, légaux, illégaux tu prends ce qu'on te donne, tu n'es pas vraiment le genre de personne qui hésite à se salir les mains ou qui fait grand cas de la morale, tes choix sont souvent discutables [statut civil] Célibataire, pas par choix, pas par manque de fidélité, probablement plus par manque de stabilité [orientation sexuelle] Bisexuel mais peut-être plus attiré par les hommes pour des relations sérieuses même si tu as du mal à te l'avouer[dépistage] Positif - Pastille rouge, tu trouves qu'ils exagèrent, tu n'es pas si dangereux que ça[mutation] Télékinésie, tu peux déplacer les objets par la pensée [groupe] The future is here [avatar] Herman Tømmeraas [crédits] Nine

---------------------------------------

Direct - Débrouillard - Déterminé - Persévérant - Bagarreur - Désobéissant - Révolté - Sans gêne - Loyal

[001.] Lorsque tu étais petit, tu t'identifiais au personnage de Matilda dans le roman éponyme de Roald Dahl, tout en elle faisait écho chez toi, cette sensation d'être né dans la mauvaise famille, ce sentiment d'être en décalage constant avec eux, tes parents. Les tiens n'étaient peut-être pas aussi grotesques que les siens mais pourtant tu n'éprouvais pour eux que de la pitié teintée de dégoût et d'incompréhension, tu te demandais constamment pour quelle raison ils t'avaient conçu, et gardé alors qu'ils n'en avaient de toute évidence jamais eu envie, qu'ils ne s'aimaient pas, ou ne s'aimaient plus, passant leur temps à se tromper et se mentir mutuellement dans une mascarade qui ne trompait elle plus personne, même pas eux-même. Le plus ironique étant que bien des années plus tard tu aies développé le même pouvoir qu'elle, comme si déjà enfant tu avais su qu'en ça aussi tu serais différent
[002.] Enfant, tu ne l'as jamais été, du moins tu n'as pas le souvenir d'avoir eu ces moments d'émerveillement, cette innocence caractéristique dont tu entends souvent parler les gens, peut-être était-ce la faute de tes parents ou peut-être était-ce inhérent à ta personnalité mais tu as toujours eu un regard dur et critique, un recul sur le monde qui t'entourait et dans lequel tu grandissais
[003.] Et c'est ce même regard qui t'as attiré un certain nombre d'ennuis, qui t'as même forcé à terminer ta scolarité en lycée militaire, envoyé là bas par ton père dans l'espoir que tu apprennes à obéir, que tu cesses de transgresser, bien entendu ce fut un échec, tu n'as jamais eu la moindre envie de changer et si ta manière d'être, ton refus de céder aux règles de la société, à l'autorité, si ta marginalité dérangeaient, tu estimais que c'était les autres qui y perdaient
[004.] A 20 ans, durant une dispute, bien trop habituelle, avec ton père, tu as appris, brutalement, que tu avais un frère, un demi-frère du moins, quelque part dans le monde, c'était dit pour te blesser mais tu savais aussi qu'il disait la vérité
[005.] C'était probablement le secret de trop pour toi, le non dit qui en disait trop paradoxalement, même pas majeur pourtant tu as ramassé quelques affaires, abandonnant derrière toi tout ce qui aurait pu permettre de te tracer et tu es parti, à part un patrimoine génétique, tu n'avais plus rien en commun avec eux
[006.] Retrouver ton frère s'est rapidement imposé comme un besoin vital, une nécessité mais les choses ne vont jamais aussi rapidement que dans la réalité que dans les séries télévisées. Deux ans c'est le temps que tu as passé entre la rue, les chambres d'hôtel miteuses et les boulots plus glauques les uns que les autres, de ville en ville avant d'enfin trouver une piste sérieuse
[007.]Tu aimes jouer avec ton don en public, tu dis être conscient des risques mais tu aimes juste transgresser en réalité, plus on te l'interdit plus tu le fais
 [008.] Paradoxalement pour quelqu'un qui aime jouer avec son don tu n'as pas un si bon contrôle que ça, ou du moins tu le perds souvent en tout cas
[009.] Depuis que ton don est apparu tu évites de trop boire et globalement de toucher à toutes les substances qui pourraient altérer ta conscience et que tu adores pourtant, remarquant qu'elles n'aident en rien et ont plutôt tendance justement à provoquer des incidents
[010.] Tu détestes dormir seul, à vrai dire tu ne peux pas dormir seul, la nuit est probablement le seul moment d'une journée où on peut voir chez toi une forme de vulnérabilité, tu as besoin de quelqu'un, de bras autour de toi, de te sentir protégé, c'est probablement une des rares choses qui t'effraie

DÉCRIVEZ L'APPARITION DE VOTRE DON ET LA FAÇON DONT VOUS LE MAÎTRISEZ.

Ton don...Ton histoire ressemble probablement à celle d'une immense majorité des mutants, tu avais 16 ans, encore adolescent et tu étais en train de te disputer avec ton père, tu ne sais même plus pour quelle raison cette fois, tu te souviens juste que le ton montait, la tension aussi et qu'après des minutes passées à hurler sans que tu ne réagisses réellement, ton air stoïque, froid plaqué sur le visage, ton père a eu un geste impulsif, de frustration, attrapant le premier objet à sa portée et le jetant dans ta direction, toi, tu as juste eu le temps d'essayer de te protéger le visage, de lever une main dans un réflexe primitif de protection, tu n'avais pas prévu que l'objet changerait de trajectoire pour aller s'écraser à quelques centimètres de la tête de ton père, tu n'as même pas réalisé d'abord que c'était toi qui avait fait ça avant que le silence ne tombe sur la pièce et que tous les regards ne se tournent vers toi

Depuis tu as appris à l'utiliser, à le contrôler, du moins c'est ce que tu te plais à faire croire, et que tu crois peut-être un peu aussi alors qu'en réalité ton contrôle est loin d'être parfait, tu as compris, grâce ou à cause de ton don que tu n'es pas insensible comme tu le pensais, chaque émotion que tu ne ressens pas ne glisse pas sur toi, tu n'es pas imperméable, chaque émotion que tu ne ressens pas reste en toi, jusqu'au moment où un mot de trop, un regard de trop met le feu aux poudres et où tu exploses, où ton don t'échappe, c'est dans ces moments qu'il peut se révéler redoutable



PENSEZ-VOUS QUE LE GOUVERNEMENT PROTÉGE SUFFISAMMENT LES TRANSMUTANTS ?

Si une personne en face de toi venait de te poser cette question elle t'aurait vu hésiter longtemps entre lever les yeux au ciel en lâchant un profond soupir de désespoir ou partir dans un fou rire monumental.
Non, bien sûr que non le gouvernement ne vous protège pas suffisamment, et tu irais même plus loin en disant qu'il ne vous protège pas du tout, ceux qui pensent l'inverse sont soit complètement stupides, soit complètement brainwashed comme on dit, tu étais loin d'être le plus assidu des élèves en cours d'histoire, en cours tout simplement, mais comme tu le fais remarquer très souvent, la dernière fois que des personnes ont été mises sur des listes, ont été marquées, comme vous sur vos cartes d'identité, les choses ne se sont pas franchement bien terminées

Sephi+ Alex
------------------------------------------------
[ÂGE] 23 ans...déjà si vieille    [PAYS OU FUSEAU HORAIRE] France [OU AS TU CONNU LE FORUM] Je crois -parce que ma mémoire est bancale- que c'est par un partenariat, j'ai cliqué parce que j'aime pas avoir des messages non lus et...coup de coeur   [PERSONNAGE] Je suis venue chercher des liens avant de m'inscrire donc je sais pas trop, pré-lien d'Aca et de Wyatt combinés  ?  Arrow  [AVIS SUR LE FORUM] Il est fantastique   [UN DERNIER MOT] Je vous aime  


Dernière édition par Jonah White le Lun 6 Nov - 0:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

member + join the evolution.
Messages : 103
Inscrit(e) le : 02/11/2017
Points : 991
Avatar : Alex Høgh Andersen
âge du perso : 23 ans
Emploi : Ça change tout le temps, trop souvent, tu enchaînes les petits boulots légaux, comme illégaux que tu ne gardes jamais plus d'un mois
MessageSujet: Re: Teenage Anarchist - Jonah   Ven 3 Nov - 1:24

STORIES ARE WHERE MEMORIES GO WHEN THEY'RE FORGOTTEN
------------------------------------------------
And I'm writing just to let you know I'm still alive

Avant même que tu ne connaisses la notion d'âge

Les murmures, comme toutes les nuits c'était ce qui te réveillait en sursaut avec une boule au ventre, toutes les nuits la même histoire, les murmures, chuchotements dans la chambre à côté de la tienne qui au fur et à mesure des minutes se muaient en cris, en hurlements, bruits d'objets brisés qu'on lançait sur quelque chose ou quelqu'un, mots durs, insultes qui heurtaient tes oreilles d'enfant, des histoires de tromperie, de sexe, des choses que tu n'aurais pas dû entendre si petit, des choses qu'aucun enfant ne devrait pouvoir entendre mais qu'ils hurlaient pourtant, se jetaient au visage comme si leur fils n'était pas là, en train de dormir dans la chambre de l'autre côté du mur et tes mains qui trouvaient le chemin de tes oreilles, tes yeux que tu fermais plus fort à chaque instant, roulé en boule dans ton lit, c'est rien, c'est ce que tu te répétais, ça va passer, et pourtant les murmures furent longtemps le bruit qui a rythmé tes nuits jusqu'à ce que tu y deviennes indifférent, comme au reste, jusqu'à ce qu'ils ne soient qu'une partie de celles-ci

16 ans

Il hurlait, vomissant à ta face un flot d'injures et de reproches que tu n'écoutais même plus, les yeux rivés quelques centimètres au dessus de sa tête, sur le mur blanc, attendant juste qu'il se défoule, finisse de cracher sa colère, toute la haine qu'il avait pour toi et à quel point tu n'étais jamais qu'une déception, tu connaissais la rengaine, tu connaissais la chanson. L'air le plus calme, neutre sur le visage attendant juste que l'orage passe, tu n'avais pas prévu que c'était peut-être la fois de trop, l'affront de trop, tu n'avais pas pris la juste mesure de sa frustration face à ton manque flagrant, constant de réaction, et en quelque dixièmes de seconde c'était trop tard, rouge, en nage, les yeux exorbités il jetait dans ta direction le premier objet qui avait croisé son chemin, un verre tu crois, tu ne t'en souviens plus très bien, et en quelque dixièmes de seconde c'était trop tard, tu levais la main par simple réflexe pour protéger ton visage et le verre partait s'écraser juste au dessus de la tête de ton père, sur le mur que tu avais tant fixé.
Tu te rappelleras toujours de cet instant, un de ces moments un peu particulier où le temps semble ralentir, se suspendre au point de s'arrêter, le verre qui s'éclate, le bruit du verre brisé, lent, et le silence, les yeux de tes parents sur toi, choqués, jusqu'à ce que tu réalises à ton tour que c'était toi, que tu avais fait ça.

« Pas toi... »

C'était la voix de ta mère qui avait brisé le silence la première, faible, vacillante comme si un drame venait de se produire, comme si elle venait d'apprendre que tu souffrais d'une maladie incurable, que tu étais condamné, c'était probablement comme ça qu'elle voyait les choses d'ailleurs

« Bon ça va je peux bouger des trucs avec l'esprit, on va pas en chier une pendule, je suis pas mort »

« Pas encore Jonah»

Tu espérais détendre l'atmosphère, mais sa réponse t'as glacé le sang, tu ne savais pas si tu devais  voir dans ses mots une menace, une promesse ou un simple constat

20 ans

Depuis ce jour là les relations avec tes parents n'étaient que plus tendues à chaque instant, tout était bon pour provoquer une dispute, il fallait dire que pour des personnes comme eux, soucieux de leur image, obsédé par la "normalité", avoir eu un enfant comme toi, ouvertement bisexuel, en marge de la société et mutant qui plus est était compliqué à assumer, tout était bon pour te rappeler ce que tu étais et ce jour là n'avait jamais été qu'un jour comme les autres sous leur toit, à entendre les hurlements de ton père sans les écouter, attendant juste qu'il finisse sa tirade pour t'en aller, jusqu'à ce que des mots, différents de ceux que tu avais pris l'habitude d'éluder, parviennent à tes oreilles

« Si j'avais su c'est ton frère que j'aurais élevé »

Un frère ? Tu savais qu'il n'était pas fidèle à ta mère, pas plus qu'elle ne lui était fidèle, tu l'avais su à un âge où tu aurais dû tout ignorer de ces choses là mais tu pensais qu'il avait au moins la présence d'esprit de se protéger, relevant les yeux vers lui tu as remarqué qu'il n'était déjà plus là probablement bien trop fier d'avoir réussi à te déstabiliser il en avait profité pour s'éclipser.

Tu ne sais pas combien de temps tu es resté dans cette cuisine où chaque dispute éclatait, à fixer ce mur où quatre ans plus tôt tu avais détourné le verre qu'il t'avait lancé, tu ne saurais même pas retracer le cours exact de tes pensées à la vitesse où elles allaient, fugaces, furtives, tu sais juste que d'un coup c'en était trop pour toi, la révélation de trop, la dispute de trop, tu n'étais pas triste ou en colère, tu ne l'étais jamais, tu savais juste qu'il était temps pour toi de laisser tomber et de t'en aller, c'était simple, ça te paraissait simple en tout cas, c'était une solution qui s'était imposée naturellement, tu devais partir, tu n'avais jamais rien eu en commun avec eux, ils n'avaient jamais rien eu en commun avec toi, c'était fort aimable à eux de t'avoir conçu mais tu ne leur devais rien pour ça. Alors tu es parti ce jour là, sans plan, sans argent, avec juste ton sac sur le dos, sans savoir où tu allais, c'est sur la route que l'idée a fini par émerger, tu voulais le retrouver


20 ans bis

Les premières nuits dehors avaient été difficiles, les premières journées aussi, entre la faim, le froid et la fatigue, tu savais que tu ne pourrais pas tenir comme ça éternellement, tu savais que tu avais besoin d'argent, et tu savais aussi que tu ne pouvais pas chercher un travail classique comme tu le faisais avant ça, tu savais que tu allais devoir emprunter une autre voie mais tu avais fermé les yeux sur l'inévitable, et tu les as fermé encore plusieurs jours avant qu'une nuit la faim et le froid ne finissent par avoir raison de toi, tu voulais le retrouver et pour ça tu ne pouvais pas rester à crever là tout seul dans la rue d'une ville dont tu ne connaissais même pas le nom, anonyme dans la foule, jamais qu'un gosse de plus qui avait couru après la liberté et s'était brûlé les ailes à trop la chercher, parce que tu n'étais pas qu'un gosse de plus, tu refusais de n'être que ça, d'avoir vécu pour n'être que ça, alors tu t'es relevé et tu as pris la décision qui s'imposait. Tu ne savais pas comment t'y prendre, tu l'avais juste lu dans des livres, vu dans des films, mais tu as improvisé et c'est ainsi que tu as terminé dans un vieux motel crasseux avec un autre qui te payait, un autre puis des autres, ça ne te faisait rien, ne te dégoûtait pas plus que ça, ton corps n'était jamais qu'un outil que tu utilisais à ton avantage pour avancer

Aujourd'hui

Allongé sur ton lit, un petit bruit te tira du sommeil, le vibreur d'un téléphone contre le sol, ta main tâtonnait dans le noir pour le trouver, tes yeux se plissaient luttant contre la luminosité avant de s'écarquiller, c'était le jour, enfin, bientôt quatre ans après ta fuite, bientôt deux ans après ton arrivée ici, après la rue, après la prostitution, un mail, son nom, tu connaissais enfin son identité, tu savais où le trouver



Dernière édition par Jonah White le Lun 6 Nov - 3:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

member + join the evolution.
Messages : 551
Inscrit(e) le : 28/10/2017
Points : 3505
Avatar : cole sprouse
âge du perso : vingt et un ans
Emploi : escort boy et étudiant en animation et illustration au MassArt
MessageSujet: Re: Teenage Anarchist - Jonah   Ven 3 Nov - 1:32

il est si cute
+ ce pouvoir badass ** super choix

Bienvenue sur le fofo
Bonne chance pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thealmostpeople.forumactif.com/t78-wyatt-ash-a-cigarette-
avatar

Admin + master of the evolution.
Messages : 1346
Inscrit(e) le : 29/09/2017
Points : 5009
Avatar : eliza taylor.
âge du perso : vingt-sept ans.
Emploi : sans emploi, elle a une formation de détective de police, mais elle vient d'arriver à Boston, enceinte jusqu'au cou et donc dans l'incapacité de rejoindre la police.
MessageSujet: Re: Teenage Anarchist - Jonah   Ven 3 Nov - 1:37

bienvenue
bonne chance pour ta fiche :flirt:
si tu as des questions n'hésite pas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thealmostpeople.forumactif.com/t67-isolde-we-re-still-bre
avatar

Admin + master of the evolution.
Messages : 960
Inscrit(e) le : 29/09/2017
Points : 4276
Avatar : bob morley, l'bogoss².
âge du perso : vingt-neuf ans.
Emploi : il est flic depuis quelques semaines maintenant; c'est pas le savoir qui lui manque, au contraire, il est déjà vu comme très bon - trop bon. mais encore aujourd'hui, cesare n'sait pas si c'est la voie qui a vraiment du sens pour lui.
MessageSujet: Re: Teenage Anarchist - Jonah   Ven 3 Nov - 1:55

bienvenuuuuue :flirt:
bonne chance pour ta fiche

Si tu as des questions, n'hésite pas

_________________


lost in the thoughts of you.
----------------------------------
it's not easy to express your feelings about how much you care about someone, and how much they've done for you, and shaped you as a person. how can you summarize how he feels in that moment and how much she means to him, in one sentence?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Teenage Anarchist - Jonah   Ven 3 Nov - 12:02

           

C'est vraiment toi?

                   
Revenir en haut Aller en bas
avatar

member + join the evolution.
Messages : 349
Inscrit(e) le : 30/10/2017
Points : 1883
Avatar : Jaco Van Den Hoven
âge du perso : 22 ans.
Emploi : Propriétaire et gérant d'un hôtel.
MessageSujet: Re: Teenage Anarchist - Jonah   Ven 3 Nov - 12:12

Bienvenue parmi nous !
Jonah promet ♥️ Me tarde d'en savoir plus pour lui !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thealmostpeople.forumactif.com/t128-ange-you-ll-be-my-sac
avatar

member + join the evolution.
Messages : 315
Inscrit(e) le : 30/10/2017
Points : 4224
Avatar : Dylan o'brien
âge du perso : 27 longues années écoulées.
Emploi : Etudiante en management, héritier de la boite de son père.
MessageSujet: Re: Teenage Anarchist - Jonah   Ven 3 Nov - 13:10

Mon frèèèèèèèèèèèèèère ♥️
Bienvenue BG et bonne chance pour ta fiche ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thealmostpeople.forumactif.com/t125-lux-tenebris-acacio
avatar
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Teenage Anarchist - Jonah   Ven 3 Nov - 14:12

J'suis obligée de passer faire un ptit coucou !! Trop cool de te voir iciiiii !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

member + join the evolution.
Messages : 103
Inscrit(e) le : 02/11/2017
Points : 991
Avatar : Alex Høgh Andersen
âge du perso : 23 ans
Emploi : Ça change tout le temps, trop souvent, tu enchaînes les petits boulots légaux, comme illégaux que tu ne gardes jamais plus d'un mois
MessageSujet: Re: Teenage Anarchist - Jonah   Ven 3 Nov - 21:12

Merciiii vous êtes adorables je vous aime  Je vais essayer de m'y mettre rapidement

Ouii Mika c'est vraiment moi  Ca faisait tellement longtemps que je t'avais pas croisée omg

Aca : Mon frèèèèère  Bon courage pour supporter Jonah, il en faudra What a Face

Doug  Ca fait trop plaisir de te voir ici aussi, je m'y attendais pas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Teenage Anarchist - Jonah   

Revenir en haut Aller en bas
 

Teenage Anarchist - Jonah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» nobody breaks my heart. (jonah)
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
the almost people :: gestion du personnage :: the city that never sleeps at night :: fiches validées-
Sauter vers: