AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 (sunny), we are broken.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
avatar

member + join the evolution.
Messages : 89
Inscrit(e) le : 28/10/2017
Points : 573
Avatar : theo rossi.
âge du perso : quarante-deux ans.
Emploi : CHÔMAGE + il a traîné dans les trucs louches, dans les gangs pro-mutants et les trafics divers. depuis sa vaccination, il ne fait plus que traquer le hunter qui l'a vacciné et chercher le scientifique qui saura inverser les effets.
MessageSujet: (sunny), we are broken.   Dim 29 Oct - 19:13

sunny jones
------------------------------------------------
i'm only human after all
People are powerful beings.
------------------------------------------------
[nom] Jones, banal, basique, simple. il te crache le nom de son paternel à la gueule, mais tu te porteras tout aussi bien si tu l'ignores. c'était pas un type qui en valait la peine. [prénom] c'est sa mère qui a choisi Sunny. pas besoin de tergiverser, elle avait besoin d'un peu de lumière dans sa vie. il s'est construit autour de ce blaze, longtemps il a tout fait pour lui ressembler. mais il en a jamais eu honte, jamais. [âge] il a quarante deux et l'horrible sensation d'avoir déjà vécu un bon 80% de sa putain de vie. [date de naissance] Sun est né un trois mars, mais il n'a jamais été du genre à organiser de grandes fêtes pour célébrer sa naissance, parce que c'était pas un jour joyeux. [lieu de naissance] c'est à Kingman, Kansas qu'il a vu le jour. mais pour lui, pas de voyage en tornade dans le monde fantastique d'Oz; même si son clébard s'appelait toto. [nationalité et origines] sur sa carte d'identité c'est un vrai redneck. mais il est issu de l'immigration, avec un sang à moitié italien. du coup, ça fait de lui un marginal. [emploi] ancien mafieux pro-transmutants, le voilà officiellement au chômage, et officieusement hunter de hunters. [statut civil] célibataire, en l'état actuel, ressentir des sentiments amoureux serait pour ainsi dire la pire idée qu'il pourrait avoir. [orientation sexuelle] il est pan à tendances homo. il serait capable de s'attacher à n'importe qui, si n'importe qui en valait la peine. [dépistage] à cause de ces salauds, un gène dormant est indiqué sur sa carte d'identité. la jolie pastille rouge qui y figurait est devenir noire comme la mort. [ancien pouvoir] il pouvait manipuler les organes à sa guise. [groupe] c'est un hope in humanity. une ironie quand on sait qu'il a perdu tout espoir et tout amour pour l'espèce humaine. [avatar] le cutie et sexy Theo Rossi. [crédits] j'ai pris mon courage à trois pattes et je l'ai fait toute seule comme une grande. donc c'est signé ophra.

---------------------------------------


la colère comme un monstre rugissant au creux du ventre, la violence dans les actes dans les gestes et dans les mots, la loyauté aussi douce et tendre qu'une promesse, la créativité bridée et enfouie depuis des années, le regard expressif observateur et souvent noir, la volonté sauvage hargneuse combative et plus déterminée que jamais, la rancune tenace à la hauteur de l'obstination, le sourire fragile discret et rare mais rayonnant, l'intelligence et la vivacité de l'esprit sous couvert d'innocence, le charisme envoûtant et la chaleur humaine rassurante et protectrice, la méfiance l'indépendance qui se ment à elle-même.

[001.] il dessine et peint extrêmement bien. Son style emprunte au talent de Francis Bacon et à Kim Byungkwan. Les visages qui naissent sous la pointe de son fusain sont sombres, torturés, hurlant, mais expressifs. Il n'utilise que peu de couleurs et ne dévoile ce jardin secret qu'à de rares privilégiés. C'est sa part d'ombre, venue au monde à la mort de son frère et enterrée sous les coups de son père. [002.] il a des tatouages, partout. Tous n'ont pas une signification particulière, tous n'ont pas été fait dans un but purement esthétique ou dissuasif. Celui sur son torse par exemple est plus complexe qu'il n'y parait. Un hommage à son frère, un doigt d'honneur à son père et un petit jeu de mot sur son prénom pour faire rire sa mère. Rien que ça. [003.] il n'a jamais caché son homosexualité ou plus exactement son ouverture d'esprit quand au sexe ou à l'amour. Cependant, il n'est pas si aisé de l'approcher. Ses sentiments sont profondément enfouis en lui. Son cœur est fermement cadenassé, à l'abris de toute agression extérieur. Les rares fois où il s'est ouvert au monde, il a été détruit. [004.] il est très expressif, entier. Il s'emporte, il gueule, il pleure ou il rit, mais il ne fait pas les choses à moitié. Sunny est un personnage à part entière. Souriant, franc, blagueur parfois, mais surtout engagé dans ses actions. Ses problèmes, ses faiblesses lui viennent des démons qui le poursuivent. [005.] sans son don, il n'est plus rien. Il se sent comme une coquille vide. Il a perdu son identité, sa raison d'être. Et pire encore, il a hérité des effets secondaires du vaccin. Paranoïa, panique, insomnies, cauchemars, hallucinations, tremblements, malaises. Le voilà devenu nerveux, angoissé, lunatique et imprévisible. Il a peur d'affronter ce qu'il est devenu. [006.] il a deux objectifs dans la vie: retrouver l'enculé de hunter qui l'a privé de sa particularité et trouver quelqu'un qui saura éveiller son gène dormant. Il ne respire plus que pour ça. Ses raisons de continuer à vivre malgré tout, dans ce monde franchement merdique. [007.] il n'avait rien contre les humains. Mais depuis quelques années, quelques mois, les hommes sans don craignent les mutants. Et il a dû choisir son camp pour résister à la pression, pour ne pas se laisser bouffer et maltraiter sans rien dire. A ce niveau là, il a donné. [008.] sa mère est encore vivante, quelque part dans une maison de retraite. Lorsqu'il l'appelle, sa voix est douce, paisible. Il fait semblant d'aller bien, que tout ira toujours bien et qu'elle n'a pas à s'en faire. Il la préserve, il la tient éloignée de tout ça. Il n'est même pas certain qu'elle se rappelle de sa nature. Elle a parfois la mémoire qui flanche, sa chère maman. [009.] pour survivre il a plongé dans les trucs illégaux, les trafics en tout genre. Il a usé de son don pour ne pas se faire emmerder, pour effrayer et menacer. Il en est arrivé à entrer dans cette organisation de transmutants et à s'y faire une bonne place. Il supervisait le trafic d'armes et protégeait les prostitués lorsqu'il le fallait. Et bien sûr, il intimidait, véritable arme sur pattes. [010.] lorsqu'il se sent gêné, il dissimule son sourire en baissant le visage ou en passant la main sur son crâne. Ces attitudes lui redonnent un air d'enfant qu'il aime à conserver. Elles le rattachent à son frère et comblent d'une manière ou d'une autre un manque dans son cœur.

VOTRE ANCIEN POUVOIR ET VOTRE VACCINATION.
Sunny pouvait manipuler les organes. Foie, poumons, cœur, intestins... Il exerçait un contrôle inexplicable sur ces derniers. Sur les siens, mais sur ceux des autres aussi. Il pouvait ainsi en modifier la taille ou l'état. Le plus souvent, il lui suffisait de n'en modifier qu'une partie pour obtenir un résultat satisfaisant. Obstruer le côlon, déchirer la valve aortique d'un cœur pourtant en pleine santé. La plus grande souffrance de l'être humain est celle qu'il ne peut guérir. Celle qui naît en son sein. Il avait appris à le contrôler, à le maîtriser. Si au début il lui fallait toucher sa cible, avec le temps, le contrôle était tel qu'il pouvait agir à distance, à condition d'établir un contact visuel. Bien sûr, cela provoquait parfois quelques étourdissements, mais le prix à payer pour un tel don était bien léger. Aujourd’hui, il ne peut plus user de son pouvoir. Il n'est plus cette menace sauvage. Un hunter l'a vacciné, de force. Un hunter sadique qui a bien compris que la souffrance du transmutant n'en serait que plus grande, si ce dernier restait en vie. S'il devait apprendre à vivre avec des effets secondaires insupportables et privé de sa fierté et de son intégrité.


PENSEZ-VOUS QUE LES TRANSMUTANTS SONT BIEN PRIS EN CHARGE PAR LE GOUVERNEMENT ?
Le gouvernement ne s'occupe pas des droits ou des libertés les transmutants. Il protège les êtres humains des transmutants, ce qui est très différent. Voilà l'humanité étiquetée, pucée, surveillée, cataloguée. A cause d'une minorité. Sunny n'a jamais nié sa dangerosité ou sa prétendue supériorité. Cependant, il n'a jamais représenté un réel danger pour la population. Dans son milieu, tout le monde était une ordure. Alors une de plus ou une de moins. Il n'a jamais menacé personne qui ait été désarmé ou innocent, si ce n'est son père. Alors voir la minorité à laquelle il appartenait -et à laquelle il appartient toujours- traitée comme de la merde lui est insupportable. Il y a eu les femmes, les blacks, les arabes, les homos maintenant les mutants. C'est pas une prise en charge, c'est un régime de terreur qui se met en place. Et il en est, avec d'autres, la première victime. Et l'un des premiers à se dresser contre ce gouvernement minable.
OPHRA + EMMA
------------------------------------------------
[ÂGE] on demande pas son âge à une femme t'sais. mais j'ai vingt-et-un ans. [PAYS OU FUSEAU HORAIRE] la jolie france, entre le centre et l'île de france, entre deux eaux quoi. sisi, je suis sûre qu'il y a un décalage. d'au moins deux secondes. [OU AS TU CONNU LE FORUM] j'ai un indic dans le coin. du coup j'ai eu le lien juste à l'ouverture mwuhaha. mais j'ai attendu pour m'inscrire. je voulais le u11. ouais, j'suis bizarre. [PERSONNAGE] il sort de mon esprit tourmenté. [AVIS SUR LE FORUM] aussi sexy que moi, c'est dire. [UN DERNIER MOT] je ne pense pas qu'il y ait de bonnes ou de mauvaises situations.


Dernière édition par Sunny Jones le Lun 6 Nov - 0:49, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

member + join the evolution.
Messages : 89
Inscrit(e) le : 28/10/2017
Points : 573
Avatar : theo rossi.
âge du perso : quarante-deux ans.
Emploi : CHÔMAGE + il a traîné dans les trucs louches, dans les gangs pro-mutants et les trafics divers. depuis sa vaccination, il ne fait plus que traquer le hunter qui l'a vacciné et chercher le scientifique qui saura inverser les effets.
MessageSujet: Re: (sunny), we are broken.   Dim 29 Oct - 19:13

STORIES ARE WHERE MEMORIES GO WHEN THEY'RE FORGOTTEN
------------------------------------------------
this is what we are

1975. welcome home

"Monsieur Jones." L'homme relève vivement la tête et son corps entier suit bientôt le mouvement. Le voilà planté face au médecin. "Oui." Qu'il dit, d'une voix rauque, autoritaire. Le médecin lui fait un signe de tête. "Suivez-moi je vous prie." Ils progressent dans les couloirs de l’hôpital. "Monsieur. Ce sont des garçons." Le médecin cherche ses mots, mais le père est étonnamment calme. Il parvient même à déstabiliser son interlocuteur, qui bafouille à chaque début de phrase. "Le premier est en parfaite santé, il est avec votre femme. Mais il semblerait que le second ait été mal positionné durant la grossesse. Une information qui visiblement nous avait échappé pendant le suivi. Il a une insuffisance respiratoire et d'importantes malformations." Ils s'arrêtent face à une pièce qu'ils peuvent observer au travers d'une vitre. Un être minuscule est en couveuse. "Les dommages à son cerveau sont importants et." "Combien de temps ?" Le médecin soupire. "Il ne passera pas la nuit. Je suis désolé." Et il a l'air profondément navré. Il se tourne vers le père et assure d'une voix apaisante. "Votre femme est au courant. Vous pouvez entrer lui dire au revoir et." "Non." Incrédule, les yeux ronds, le médecins répète vaguement. "Non ?" "Vous m'avez bien entendu. Non. Je n'ai aucun intérêt à aller le voir s'il est trop faible pour survivre. Je préfère les vivants aux morts." Le jette un regard en biais à l'enfant avant de contourner le médecin et de se diriger vers l’ascenseur, pour rejoindre sa femme. Le médecin et une sage-femme qui a tout entendu se dévisagent un moment en silence, choqués. "Il doit être dévasté. Pauvre homme. Et pauvre enfant." Il entre dans la pièce et glisse ses mains dans les gants de protection de la couveuse. Il pose un doigt sur le petit torse de l'enfant. "Je suis désolé, mon petit..." Il regarde la petite étiquette autour de son poignet. "... Sunny."

1985. you fucking bastard

La gifle siffle dans l'air et s'abat dans un claquement sec sur la joue de l'enfant. "Qui m'a foutu un gosse pareil !" Rugit l'homme, le regard noir, les sourcils froncés. La violence du choc est telle que l'enfant s'écroule sur le sol, projeté par la force de son père. Il ne se relève pas tout de suite, il sanglote. "Arrête, ne lève pas la main sur lui !" Crie la mère au bord des larmes. "Et tu veux que je fasse quoi ?!" Il fait volte-face, agite le morceau de papier sous le nez de sa femme. "Regarde ! Regarde son bulletin ! Regarde ses notes ! Ses appréciations ! Sunny est un élève dissipé et bien trop rêveur. Son niveau frôle le médiocre. Il serait temps de se questionner sur son éducation et ses méthodes d'apprentissage. Personne ne remet en question l'éducation que je donne à mon fils !" Il relève son fils par le col de son tee-shirt. "Il n'est pas mauvais partout ! Ta réaction est totalement démesurée !" Le père rit, amer. "Oh oui ! L'art plastique ! Parfait, notre enfant sera donc un clochard excentrique ! Excellent !" Il secoue violemment l'enfant. "Et toi ! Dis quelque chose !" "Laisse le tranquille bon sang ! Lâche le !" Sunny voudrait dire qu'il aime l'art plastique. Qu'il aime aussi le français. "Je..." Qu'il voudrait être artiste. Qu'il a le talent pour. "Je..." Il voudrait argumenter, mais les mots étreignent sa gorge. Il ne parvient pas à prononcer la moindre syllabe. Il voudrait dire à son père qu'il lui fait peur. Mais ça non plus, il n'y arrive pas. Ce dernier s'impatiente. Il l'entraîne avec lui dans la buanderie, où il l'enferme, des heures durant. Il ne le frappe pas, ça laisserait trop de marques. Et de la petite pièce sombre, Sunny l'entend hurler que ce n'est pas le bon fils qui est mort. Ce souvenir ravive la douleur, le déchirement que c'est, de perdre son jumeau. Et la situation réveille ce qui existe de pire, dans le petite être fragile qu'est alors l'enfant.

1991. hush hush

Sunny serre sa mère contre lui. "Je suis désolé. J'peux pas. J'peux plus. Vraiment. J'veux pas te faire de mal, mais c'est... C'est plus possible." "Je sais. Je sais. C'est moi qui suis désolée. J'aurais dû... J'aurais..." Il relâche l'étreinte, se recule, lui sourit vaguement. "T'inquiète, je gère." Il remonte la hanse du sac de voyage sur son épaule. "Je te passerai un coup de fil en arrivant, dès que j'aurai trouvé quelque chose, d'acc ?" Elle acquiesce d'un signe de tête. C'est à ce moment que son père franchit le pas de la porte. 'J'ai loupé quelque chose ?" Sunny lui balance un regard noir, tandis que sa mère a du mal à contenir ses sanglots. "Eh bien, tu vois. Ton fils part." "Quoi ?!" La tristesse laisse place à la colère. "Tu n'es pas content ! Tu devrais pourtant ! Ce n'est pas ce que tu voulais ? Tu lui as pourri toutes ses années et maintenant, il te fuit !" Sunny passe à côté de son père sans un regard, ce dernier lui attrape violemment le bras. "Oh non, tu n'iras nulle part." "Bordel, mais laisse le ! Tu lui as assez fait de mal comme ça ! Tu nous as fait suffisamment de mal !" Elle hurle maintenant, s'avance vers lui, le repousse en arrière de toutes ses forces. Il relâche la pression sur son fils et saisit sa femme à la gorge. "Reste à ta place !" "Dégage !" Sunny laisse tomber le sac et repousse son père avec force, loin, le plus loin possible de sa mère. Il a la carrure pour. Il a la hargne pour. Il a la haine pour. "Enculé ! Espèce de salaud ! Ne la touche plus ! Plus jamais ! Enfoiré !" Il abat ses poings dans le visage de son père, ce dernier ne parvient pas à tous les parer. "Tu mérites de crever ! De crever, c'est tout ce que tu mérites ! Tu entends ?! Crève, crève, crève !" Il se recule vivement, le souffle court,  les jointures rouges. Son père a le nez qui pisse le sang et sans doute des dents cassées. Mais surtout, il se tient la poitrine d'un air affolé, comme s'il essayait de s'arracher le cœur. Sunny ne comprend pas, sa mère ne comprend pas. Ils se contentent de le regarder s'écrouler. Le jeune homme se saisit du sac, embrasse sa mère et s'en va en claquant la porte.

2001. don't you worry child

Il se penche vers elle et dépose furtivement un baiser sur ses lèvres. Elle ne se réveille pas. Il récupère son blouson et ferme la porte de l'appartement en silence. En quelques pas, il rejoint sa bécane garée non loin de là. Il ne la reverra. Il le sait, il le sent. Ils l'ont décidé d'un commun accord. Il n'a rien pour elle, rien à lui apporter. La vie ne l'a d'ailleurs pas épargné. Il est mort depuis longtemps, le gamin qui fuyait son foyer. Il enfourche le véhicule et démarre en trombe. Direction ailleurs. La ville est tellement, tellement grande. Il a su y faire ses armes. Il est devenu quelqu'un. Quelqu'un d'important. Evidemment, il ne pouvait pas rêver d'une carrière brillante et honnête, il n'en avait jamais eu les capacités. Mais il a réussi à intégrer cet étrange groupe, cet empire de l'ombre. Il faut dire que son don a fait de lui quelqu'un de dangereux. Une menace que l'on craint, que l'on redoute. Une arme sur patte avec suffisamment de morale pour être appréciée par ses pairs. Oui, une morale, dans un univers de truands, sans doute le don le plus précieux.

2014. another life

Il n'est pas allé à l'enterrement, tout comme il a manqué celui de son père. Il le lui a dit, à Drumë, que tout ça c'est pas une vie. Il a fini par s'en rendre compte, avec le temps. Confronté à l'idée qu'il finirait seul. Il a refusé de continuer, de reprendre les rênes, pour bâtir un tout autre chose. À l'heure de la cérémonie, il est sur sa moto, à filer entre les bagnoles et les poids-lourds. Il prend la route pour changer d'air, cracher sur la tombe de son père et voir sa mère. C'est d'ailleurs avec beaucoup de douceur qu'il la prend dans ses bras lorsqu'elle apparaît dans le jardin. "Sunny..." Il entend au son de sa voix bercée de sanglots qu'elle n'est pas certaine de reconnaître son fils. "Salut, m'an." Elle a vieilli. Beaucoup trop à son goût. Lui aime à croire qu'il a seulement grandi, mais c'est faux. Lui aussi, porte les stigmates de la vie sur sa jolie gueule. Il l'entend pleurer de joie sur son épaule et se détache finalement d'elle pour lui sourire. "Eh, arrête de pleurer, tu veux ?" "Tu as changé..." "Je sais." Ils se taisent, sans savoir quoi ajouter. Ils sont des étrangers l'un pour l'autre avec toutes ces années. Quelques rares coups de fils et des dialogues évasifs n'ont rien arrangé. Elle le dévisage longuement, à la recherche de son rejeton de seize ans sans doute. Elle doit se faire la réflexion qu'il a le même visage que son père. Et les mêmes yeux, aussi. Le pire, c'est qu'elle aurait raison. Il s'en fait la remarque chaque matin, chaque seconde. "Viens, on rentre." Il lui prend doucement la main pour l'entraîner à sa suite. "Tu vas rester combien de temps ?"  Se risque-t-elle d'une voix d'enfant. Il prend le temps de la réflexion, mais la réponse est déjà toute trouvée. "Je ne sais pas." Il soupire, indéchiffrable, préoccupé. Sa mère n'a jamais vu son petit Sunny aussi éteint. Mais elle se contente de sourire paisiblement.

2017. death

Il court dans les rues, les poumons en feu. Les ruelles sont un labyrinthe d'ombres dans lequel il se précipite, tête baissée. Il ne sait pas combien ils sont. Il en a vaguement neutralisé un, mais il n'a pas eu le temps de voir, de compter, de respirer. Il ne peut que courir, s'échapper. Tout faire pour fuir ce type qui se proclame être humain. La chaussée est humide, le pavé glissant. Son pied dérape et sa cheville se tord violemment. Il essaie de se rattraper en vain, il s'étale sur le bitume de tout son long, de sévères picotements dans la jambe. Mais il se relève, trempé jusqu'aux os. Fuir, fuir, toujours fuir. Étrangement ce soir-là, il n'y a pas un chat dehors. Étrangement, la police ne fait pas son travail. Étrangement, mais pas si étonnant, ce soir-là, il se sent très seul. Soudain, il la sent, la décharge, entre ses deux omoplates. Elle lui arrache un hurlement de surprise et de douleur tandis qu'il s'écroule à plat ventre. Il tente se se relever, mais il se sent paralysé, comme immobilisé. Est-ce poids sur son dos qui l'empêche de bouger, l'électricité qui lui bat encore aux temps ou cette main puissante qui maintient son visage contre le sol. Il suffoque, à moitié immergé dans une flaque. Il se débat, il tente de se relever, mais rien y fait. Pour la première fois depuis longtemps, il a envie de pleurer. Il est redevenu l'enfant qu'il était. Alors, il sent cette violente piqûre dans sa nuque. Il tressaille, mais cesse de se débattre. C'est trop tard, il ne sait, il l'a bien compris. Et alors que son agresseur lui fait le cadeau de la vie, l'abandonnant là, Sunny se sent mourir de l'intérieur.


Dernière édition par Sunny Jones le Sam 11 Nov - 22:30, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

member + join the evolution.
Messages : 551
Inscrit(e) le : 28/10/2017
Points : 3505
Avatar : cole sprouse
âge du perso : vingt et un ans
Emploi : escort boy et étudiant en animation et illustration au MassArt
MessageSujet: Re: (sunny), we are broken.   Dim 29 Oct - 20:03

Je suis une super indic
Bienvenue sur le fofo papy
Bonne chance pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thealmostpeople.forumactif.com/t78-wyatt-ash-a-cigarette-
avatar

member + join the evolution.
Messages : 89
Inscrit(e) le : 28/10/2017
Points : 573
Avatar : theo rossi.
âge du perso : quarante-deux ans.
Emploi : CHÔMAGE + il a traîné dans les trucs louches, dans les gangs pro-mutants et les trafics divers. depuis sa vaccination, il ne fait plus que traquer le hunter qui l'a vacciné et chercher le scientifique qui saura inverser les effets.
MessageSujet: Re: (sunny), we are broken.   Dim 29 Oct - 20:05

merci jeunot
best indic ever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Admin + master of the evolution.
Messages : 374
Inscrit(e) le : 16/10/2017
Points : 1807
Avatar : emily bett rickards.
âge du perso : ving-neuf ans.
Emploi : elle vient de monter son entreprise spécialisée en nouvelles technologies, nanotechnologies, bio-technologies et informatique.
MessageSujet: Re: (sunny), we are broken.   Dim 29 Oct - 20:10

le perso à l'air cool
bienvenuuue
bonne chance pour ta fiche, si tu as des questions, n'hésite pas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thealmostpeople.forumactif.com/t73-calista-dreaming-as-we
avatar

member + join the evolution.
Messages : 89
Inscrit(e) le : 28/10/2017
Points : 573
Avatar : theo rossi.
âge du perso : quarante-deux ans.
Emploi : CHÔMAGE + il a traîné dans les trucs louches, dans les gangs pro-mutants et les trafics divers. depuis sa vaccination, il ne fait plus que traquer le hunter qui l'a vacciné et chercher le scientifique qui saura inverser les effets.
MessageSujet: Re: (sunny), we are broken.   Dim 29 Oct - 20:15

merci mademoiselle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

Invité
MessageSujet: Re: (sunny), we are broken.   Dim 29 Oct - 20:16

bébé theo ..
je suis en train de me refaire SOA .. tu casses mon petit coeur tout fragile là
je t'aime déjà du coup Arrow

Bienvenue sinon
(j'aime être impoli)
Revenir en haut Aller en bas
avatar

member + join the evolution.
Messages : 89
Inscrit(e) le : 28/10/2017
Points : 573
Avatar : theo rossi.
âge du perso : quarante-deux ans.
Emploi : CHÔMAGE + il a traîné dans les trucs louches, dans les gangs pro-mutants et les trafics divers. depuis sa vaccination, il ne fait plus que traquer le hunter qui l'a vacciné et chercher le scientifique qui saura inverser les effets.
MessageSujet: Re: (sunny), we are broken.   Dim 29 Oct - 20:18

pleurons ensemble
jotem aussi alors
merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Admin + master of the evolution.
Messages : 605
Inscrit(e) le : 24/10/2017
Points : 2544
Avatar : stephen amell.
âge du perso : trente-cinq ans; il est sur repeat de sa trente-troisième année depuis deux ans, pourtant.
Emploi : il est membre de la SPC, la seule chose qu'il sait un tant soit peu noble dans sa vie.
MessageSujet: Re: (sunny), we are broken.   Dim 29 Oct - 20:19

bienvenuuuuue :flirt:
bonne chance pour ta fiche

Si tu as des questions, n'hésite pas

_________________


it's a mortal lock
-----------------------------------
she's got a heart so pure, i bet she has flowers growing between her ribs, and gold running through her veins. i bet her lips tate like the sun's warmth, and her hands feel like home. she's a god in human for, but i've got a corrupted soul.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

member + join the evolution.
Messages : 89
Inscrit(e) le : 28/10/2017
Points : 573
Avatar : theo rossi.
âge du perso : quarante-deux ans.
Emploi : CHÔMAGE + il a traîné dans les trucs louches, dans les gangs pro-mutants et les trafics divers. depuis sa vaccination, il ne fait plus que traquer le hunter qui l'a vacciné et chercher le scientifique qui saura inverser les effets.
MessageSujet: Re: (sunny), we are broken.   Dim 29 Oct - 20:28

merci bcp musclor :flirt:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: (sunny), we are broken.   

Revenir en haut Aller en bas
 

(sunny), we are broken.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» retro - sunny citrus
» Mes 2 Lati Yellow Léa et Sunny...
» « We are broken, we can't fix it there's no cure for our condition, desperate eyes are staring at me, should be hopeless but we're happy.. »
» autres produit de bobbi brown ???
» Ma Collection de CHARMKINS
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
the almost people :: gestion du personnage :: the city that never sleeps at night :: fiches validées-
Sauter vers: